Accueil / radiothérapie

Présentation

Description de l’organisation

Le service de Radiothérapie du Centre Hospitalier Universitaire de Liège est constitué d’un site central localisé au Sart Tilman (CHU) et de trois sites satellites : le Centre Hospitalier Régional de la Citadelle (CHR), la Clinique Saint-Joseph à Liège (CHC) ainsi que le Centre Hospitalier de l’Ardenne à Libramont (CHAL).

Ceux-ci possèdent une unité de radiothérapie dépendant du Service Universitaire. L’effectif total du service de Radiothérapie est d’une centaine de personnes. Le service de Radiothérapie traite approximativement 2500 cas par an. Il est, de ce fait, l’un des Centres les plus importants de la Communauté française du pays. Sur 2500 cas adressés au service de Radiothérapie, 2100 sont traités par radiothérapie externe et approximativement 400 par curiethérapie sur le site du Sart Tilman.

Hôpital public et pluraliste, le Centre hospitalier universitaire de Liège est l’unique hôpital universitaire en Wallonie associé à une Faculté de médecine à cycle complet. Avec plus de 4500 salariés, le CHU de Liège est l’un des principaux employeurs de la région liégeoise. La capacité du CHU de Liège est de 925 lits agrées, répartis sur trois sites d’hospitalisation spécialisés et complémentaires : Sart Tilman, N.-D. des Bruyères (Chênée) et Ourthe-Amblève (Esneux). Les sites du Sart Tilman et de N.-D. des Bruyères sont reliés au service 100 et disposent d’un service des urgences spécialisés ainsi que d’un hôpital de jour.

Historique

Le service de radiothérapie a été transféré de l’hôpital de Bavière au Sart Tilman en 1989. Le nouveau service a donc permis une augmentation du nombre de patients traités de 800 à 1300 et en parallèle de l’effectif du personnel. Un accord inter-hospitalier a été réalisé fin 1996 avec la clinique Saint Joseph et le CHR de la Citadelle. Cet accord a permis d’installer un accélérateur sur chaque site et d’assurer des consultations.

Ultérieurement, un accord a également été réalisé avec le CHA de Libramont. Suite à cet accord intersites, le CHU de Liège a d’emblée entrepris le déploiement d’une infrastructure informatique sécurisée pour le contrôle et l’enregistrement des doses délivrées lors des traitements sur chacun des sites basée sur un serveur de données centralisé au Sart Tilman. Des relations privilégiées sont développées avec les médecins internes et externes, généralistes ainsi que spécialistes de différentes disciplines. Il est dirigé depuis octobre 2006 par le Pr. Philippe Coucke. Le plateau technique a été modernisé, la communication intersites facilitée par l’acquisition d’un système de vidéoconférence, la recherche scientifique développée et soutenue et une démarche qualité visant l’amélioration de la prise en charge des patients a été initiée.

Opérations, Partenaires, Fournisseurs

L’organisation du « workflow » du Service de Radiothérapie repose sur la collaboration d’un personnel multidisciplinaire, organisé en cinq secteurs: médical, radiophysique, infirmier, qualité et administratif.

L’équipe médicale se compose de 1 professeur de clinique et 9 chefs de clinique, 1 chef de clinique adjoint, 4 consultants et 3 assistants en formation.

Quarante infirmières sont organisées selon des profils particuliers (formations, compétences et attributions spécifiques) tels que : les infirmières de consultation, les infirmières sociales, les technologues, les manipulatrices et les coordinatrices.

Deux psychologues rencontrent de façon systématique tous les patients qui le souhaitent et sont à l’écoute du personnel.

La responsable de radiophysique supervise une équipe de 8 physiciens, 6 dosimétristes, 1 technicien biomédical et 1 informaticien.

L’administration du service est assurée par une équipe de 15 secrétaires et la cellule qualité est constituée de 3 personnes.

Nous sommes organisés de façon à ce que n’importe quel type de pathologie oncologique (à l’exception de la pédiatrie) puisse être pris en charge et un certain degré de sous-spécialisation à travers les différents corps professionnels assure une polyvalence indispensable pour une couverture idéale et la continuité des soins.

Sur chacun des sites, le plateau technique est constitué au minimum par un accélérateur linéaire, doté d’un collimateur multilames. Le site central du Sart Tilman regroupe quatre unités de traitement. Il est le seul site doté d’un plateau technique complet comportant un scanner pour la planification en 3D et 4D, les logiciels de planification 3D et 4D, et toute l’infrastructure requise pour le contrôle de qualité et la vérification des traitements des différents sites. Les applications de curiethérapie sont effectuées au CHU. Le site possède en effet un système de radiothérapie interstitielle de type PDR (Pulsed Dose Rate), un de type HDR (High Dose Rate), ainsi que quatre chambres blindées.

Les différentes composantes de la chaîne (les unités de traitements, les scanners pour la simulation virtuelle, les stations de calcul pour la dosimétrie) sont connectées par réseau. Les différents sites sont reliés par fibres optiques afin qu’une transmission en temps réel puisse se réaliser dans des conditions idéales. Toutes les techniques nouvelles et spéciales (par exemple : irradiation corporelle totale, irradiation en conditions stéréotaxiques et irradiation asservie à la respiration) sont et resteront centralisées sur le site du CHU Sart Tilman.

Afin d’assurer une prise en charge intégrée et transversale des patients, une collaboration existe entre les médecins des différents services de l’hôpital. Les radiothérapeutes sont représentés dans les différentes concertations multidisciplinaires en fonction de leur spécialisation ou sont à disposition sur appel pour rendre des avis auprès de leurs collègues. A cet effet, les radio-oncologues assurent une présence et une visibilité régionale dans le multi-site radio-oncologique et également là où leur concours est souhaité.